Une visite chez le garagiste : nos 7 conseils

Vous n’y connaissez rien en mécanique et, à chaque fois, le schéma se répète : alors que vous venez pour une simple révision, votre garagiste vous annonce qu’il est indispensable de réparer le joint de culasse, les plaquettes de frein et de changer les amortisseurs. Une attitude suspecte qui devrait vous mettre la puce à l’oreille : avant de voir gonfler le montant de la facture, mieux vaut vérifier certains points.

1. S’informer des tarifs pratiqués

Depuis 1987, un arrêté oblige les garagistes à afficher leurs prix toute taxe comprise, que ce soit ceux du tarif horaire de la main-d’œuvre ou du coût forfaitaire des prestations (entretien, tôlerie, vidange…). Si ceux-ci ne sont pas affichés clairement à l’intérieur des locaux, il est préférable de passer votre chemin.

2. Faire une demande de devis

Avant de vous lancer dans de lourdes réparations, il est indispensable de demander un devis, qui fera office de contrat. Attention, le devis peut parfois être payant, mais ne doit pas dépasser 10% du prix des réparations prévues. Si vous décidez de confier votre véhicule à ce professionnel, ces mêmes 10% devront être déduits du montant total. Il peut aussi être intéressant de mettre en regard les prestations de deux ou trois garagistes pour déceler les tentatives d’escroqueries.

3. Se tourner vers un garage agréé par votre assureur

En cas d’accident, se rendre dans un garage agréé par sa compagnie d’assurance auto permet de ne pas avancer de frais de réparations (hormis la franchise) et de réduire leur coût. C’est également une sécurité supplémentaire pour éviter les arnaques : ces établissements ont été choisis par votre assureur sur des critères de qualité d’équipement et de compétence.

4. Établir un ordre de réparation

Malgré l’établissement d’un devis, certains garagistes, un peu trop zélés, n’hésitent pas à pratiquer des réparations non demandées, sans l’accord du propriétaire. La constitution d’un ordre de réparation est alors le meilleur rempart pour éviter les mauvaises surprises : il suffit de rédiger un document en deux exemplaires indiquant les prestations à effectuer. Signé par les deux parties, il doit préciser que vous n’acceptez aucuns travaux supplémentaires.

5. Demander le temps de réparation

Les temps de main-d’œuvre sont souvent source d’abus, difficiles à déceler. Pour vous aider à les chiffrer, les constructeurs automobiles ont établi des barèmes précisant le temps nécessaire pour effectuer les principales réparations. Ces documents, disponibles en concessions, peuvent aider votre garagiste à estimer son temps de main-d’œuvre avant de le notifier dans le devis. Ainsi, le temps supplémentaire demandé ne pourra vous être facturé !

6. Se faire accompagner par un connaisseur

Il suffit d’être un novice en mécanique ou tout simplement un automobiliste pressé pour que votre garagiste voit en vous la parfaite victime à escroquer. Prenez le temps de vous déplacer en compagnie d’une personne un minimum avertie des problèmes mécaniques et qui saura vous avertir en cas d’exagération.

7. Insister et faire valoir vos droits en cas de litige

Tout réparateur a l’obligation de vous rendre votre véhicule en parfait état de marche. Dans le cas où une panne surviendrait après réparation, votre garagiste est forcé de remettre la voiture en état gratuitement. S’il refuse, n’hésitez pas à lancer une procédure depuis notre site, nous adresserons ainsi dans un premier temps une mise en demeure à votre garagiste. Sa responsabilité est engagée dans un tel cas.

Vous avez encore une question? Contactez-nous!